Mémoire en construction pour le 6e dan

Partie 1

Partie 2

Partie 3

Présentation de ma futur candidature au 5e dan
Mémoire de ma futur candidature au 6e dan
CV

Préparation de la présentation de la prestation
en vue de l’obtention du 6e dan (et quand j'aurai passé le 5e dan !)

JACQUES-BERNARD GLORIAN

            TOULOUSE JUDO (31)                                                                   LIGUE OCCITANIE

-------------------------------------------------------------

Page 1 : Introduction
Pages 2 et 3 : Curriculum Vitae
Page 4 : Mon parcours en quelque lignes
Page 5 : Mes « Uke »
Pages 6 à 9 : Plan de la prestation
Pages 10 à 14 : Koshiki No Kata
Pages 15 à 28 : Nage Waza
Pages 29 à 35 : Ne Waza
Pages 36 à 43 : Ju Jitsu
Pages 44 : Remerciements

-------------------------------------------------------------

Présentation de ma prestation

L’objectif de ce document est de vous présenter ma prestation, la façon dont je l’ai imaginée et construite, et de vous permettre de la suivre le plus précisément possible. C’est le fruit de 33 ans de pratique, près de 25 ans de ceinture noire mais aussi 22 ans d’enseignement du JUDO : l’apprentissage, la compétition, les stages techniques et pédagogiques et surtout les centaines de jùdôkas croisés sur les tatamis (des plus anonymes aux plus prestigieux) m’ont permis de me construire bien au-delà de la seule pratique physique de notre art martial ; cette prestation est, en ce sens, un résumé de ce long cheminement depuis mes premiers « O Soto Gari » dans la seule salle de l'époque du Dojo Claire Matin près de la Mairie de Saint-Jean. J'ai commencé le jd à 9 ans aux Arts martiaux Saint-Jean. Une 1re année en débutant (dit J1) sous la conduite de Claude CAYRAC puis après un cours d'essaie en cours intermédiaire (dit J2) je suis passé en cours confirmé (dit J3). J'ai commencé la compétition par des podiums régionaux de 12 à 14 ans sous la houlette de Christian BARTHÉLÉMY. À 14 ans, je suis passé dans le cours adulte (dit J4) où les adultes me trouvaient trop physique pour eux. À 15 ans, j'ai suivi une année de transition où je suivais à la fois les cours de mon club et celui de mon entraineur Christian ROUX licencié au Stade Toulousain Judo. J'ai passé plusieurs mois à chuter en combat sans pouvoir inquiéter mes adversaires. À 16 ans je me suis inscrit au Stade Toulousain Judo où j'ai obtenu la ceinture noire à 17 ans grace à Christian CASTOLLA. Ma carrière d'athlète s'étend de 16 à 28 ans dirigé par Robert BASTIE et Pascal MORENO puis par Christophe BOZZO. À 21 ans j'ai commencé à enseigner au club et à travailler pour obtenir le tronc commun d'éducateur sportif en candidat libre que j'obtiens à 22 ans. À 23 ans j'obtiens le 2e dan. À l'issue de ma formation modulaire de 24 à 25 ans j'obtiens le BEES 1er degré. À 26 ans, le club change de nom pour s'appeler le Toulouse Judo. J'obtiens le 3e dan à 33 ans puis le 4e dan à 39 ans.

Un retour aux sources en quelques sortes, qui aurait été impossible sans l’immense investissement de mes « UKE », avec lesquels j’ai vécu une formidable aventure humaine durant ces mois de préparation ! Sans oublier les nombreux « consultants » auprès desquels nous sommes venus affiner ce programme que je vous propose de découvrir : une même passion commune, l’amour du beau geste et du JUDO au sens large !

Le suis le créateur et l'administrateur d'un site pédagogique est à visée didactique depuis 2001. Historiquement, ce site avait pour but de poser par écrit le système Judo dans le but d'essayer de mieux le comprendre, de le maîtriser et de connaître mes failles, mes zones d'ombre, les idées reçues afin de les comprendre, de les combler, de les rectifier et de les éclairer pour me préparer à devenir enseignant. Aujourd'hui, il est le fruit de 33 années d'étude et de pratique de jd (dont 31 ans de compétitions (en tant que participant ou entraîneur) et 21 années d'enseignement). Cependant, bien qu'il se veut le plus exhaustif possible (1600 pages et 4000 images), en continuelle amélioration (seicho) et adapté (jù) à tous (enseignants ou aspirants, élèves ou simples curieux), ce site est conscient de ses limites et n'arrivera jamais à exposer la somme innombrable des connaissances accessibles en Jùdô. Ce site vise à sauvegarder les connaissances et les retours d'expériences acquises dans la pratique quotidienne :
- Recueil et formalisation des connaissances
- Transmission de valeurs
- Support et conseils pratiques
- Mise à disposition
- Mise à jour des connaissance

« JITA YUWA KYOEI »

-------------------------------------------------------------

Curriculum Vitae    

Nom : GLORIAN                            Prénom : JACQUES-BERNARD                       Age : 43 ans

Adresse :

Situation de famille : PACSÉ, sans enfant

Profession :
· Animateur titulaire de la fonction publique sur l'école de Saint-Jean (31) depuis 1998.
· Professeur de JUDO (BEES 1er DEGRE) au TOULOUSE JUDO (31) depuis 2000.

Grade judo :
· Ceinture noire 4e dan depuis le 16 décembre 2017, 1er dan en 1995, 2e dan en 2001, 3e dan en 2011

Distinctions :
· Aucune

Clubs successifs (JUDO)
· ARTS MARTIAUX SAINT-JEAN de 1987 à 1994 (Professeur : C. BARTHÉLÉMY et C. ROUX, CN 4e dan)
· STADE TOULOUSAIN JUDO de 1994 à 2004 (Professeur : J-P GIBERT CN 6e dan)
· TOULOUSE JUDO depuis 2004 (Pionnier du club)

-------------------------------------------------------------

Niveau de pratique : (JUDO)
- 6 fois Champion Régional Midi-Pyrénées par Équipe Sénior de 1996 à 2002 (2e en 2001)
- Vice-Champion Interrégion Sud-Ouest Cadet F.F.J.D.A. en 1995
- 3e du Championnat de France Junior F.S.G.T. en 1997
- Vice-Champion Interrégion Sud-Ouest F.F.S.U. en 1998 et 2003 (3e en 2004)
- Champion des Masters en +81 kg en 2006
- Vice-Champion Régional Midi-Pyrénées Sénior 2e Division F.F.J.D.A. en 2002 et 2005
- Champion Régional Midi-Pyrénées Sénior des Entreprises F.F.J.D.A. en 2002 (2e en 2006, 3e en 2005)
- Champion Régional Midi-Pyrénées Sénior 3e Division F.F.J.D.A. en 2003 (2e en 1999 et 2006, 3e en 2001)

Enseignement : (JUDO)
· BEES 1er degré obtenu en 2004 à Toulouse
· DEJEPS en 2011 en validation d'acquis d'expériences
· professeur au STADE TOULOUSAIN JUDO de 1999 à 2004
· professeur au JUDO CLUB DE PIBRAC-MONDONVILLE de 2012 à 2018
· professeur au TOULOUSE JUDO depuis 2004
               · Enseignemernt en club
               · Enseignant en jeux d'opposition en école primaire de Toulouse de 2006 à 2008
               · Enseignement en accompagnement éducatif en collège de Toulouse de 2009 à 2010
               · Enseignement dans le cadre du projet des cent ceintures noires vers l'insertion à Toulouse
· professeur au JUDO CLUB QUINT-FONSEGRIVES depuis 2009
· 3 ceintures noires formées au club

Autres fonctions : (JUDO)
· Aucune

Stages nationaux :

· Aucun

Stage au Japon : Aucun

-------------------------------------------------------------

Mon parcours en quelques lignes…

1/ 1987 à 1994 : « l’apprentissage »
J’ai débuté le judo à 9 ans aux ARTS MARTIAUX SAINT-JEAN sous la conduite de CLAUDE CAYRAC (1er dan) puis de CHRISTIAN BARTHÉLÉMY (4e dan) et CHRISTIAN ROUX (4e dan) jusqu'à la ceinture marron.

2/ 1994 à 2004 : « la maturation »
Ceinture noire en 1995, je me suis orienté vers l’enseignement, LICENCE de PSYCHOLOGIE (2003) puis formation à l'IUFM (2004) à TOULOUSE, Brevet d’ÉTAT préparé à SAINTE LIVRADE SUR LOT (47) et obtenu en 2004 et DEJEPS en 2011. Parallèlement, j'ai exercé le métier d'animateur depuis 2000 et de directeur d'ACCM de 2012 à 2018. En outre je suis développeur de mon site internet depuis 2001 www.judopourtous.com.

3/ 2004 à aujourd’hui : « la maturité »
Pionniers du TOULOUSE JUDO en 2004, j'y enseigne depuis sa création. Je suis l'historien du club ainsi que chargé du suivi des compétitions amicale et j'ai été administrateur du site officiel du Toulouse Jùdô pendant 05 ans (de 20/06/2002 au 18/03/2005 (3 ans) et de 04/06/07 au 07/02/09 (2 ans))

Un lien commun pour ces 3 étapes : le plaisir intact de pratiquer le JUDO !

-------------------------------------------------------------

Mes UKE : 3 générations, une même conception du Judo !

PIERRE GRIZOU (1er dan)

Licencié aux ARTS MARTIAUX SAINT-JEAN (31) Partenaire pour les trois premières séries du NAGE KATA

Un soutien de poids puisque c’est la 5e fois que Yves aide un candidat ! Nous nous connaissons
depuis plus de 30 ans et c’est un honneur pour moi de pouvoir exécuter ce Kata avec un tel « Uke ».

 

LUC FRADIN (3e dan)

aux ARTS MARTIAUX SAINT-JEAN (31). Partenaire pour le NAGE NO KATA

Un soutien de poids puisque c’est la 5e fois que Yves aide un candidat ! Nous nous connaissons
depuis plus de 30 ans et c’est un honneur pour moi de pouvoir exécuter ce Kata avec un tel « Uke ».

 

JEAN-LOUIS MOURLAN (3e dan)

Licencié au TOULOUSE JUDO. Partenaire pour le KATAME NO KATA et le GOSHIN JUTSU

Complice au sein de la commission sportive, nous nous côtoyons depuis de longues années et
aimons en particulier partager nos points de vue sur le haut niveau … Il a accepté de chuter sans
compter durant de longs mois, des entraînements passionnants et formateurs !

 

JÉRÔME SALLES (4e dan)

Licencié au JUDO CLUB DE QUINT-FONSEGRIVES (31) Partenaire pour le KIME NO KATA ET LE GO NO SEN

Formé en basse normandie, Xavier a rejoint le club il y a quelques années, en suivant les premiers pas
de ses enfants (hélas moins passionnés que lui !). Fin connaisseur du Judo, il est un partenaire
privilégié qui sait se rendre disponible malgré un emploi du temps « serré » …

-------------------------------------------------------------

Plan de la prestation
1re partie : KOSHIKI NO KATA (méthode KITO RYU)

 

 

OMOTE :
1° TAI
3° RYOKUHI
5° MIZU NAGARE
7° KODAORE
9° TANI OTOSHI
11° SHIKORO DORI
13° YUDACHI
posture de départ
maîtriser sa force
le ruisseau
le tronc d'arbre
la chute dans la vallée
prise d'épaulière
averse d'été
2° YUME NO UCHI
4° MIZU GURUMA
6° HIKI OTOSHI
8° UCHI KUDAKI
10° KURUMA DAOSHI
12° SHIKORO GAESHI
14° TAKI OTOSHI
le rêve
la roue du moulin
tirer et faire tomber
pulvériser
roue projetée
renversement par l'épaulière
faire tomber comme une cataracte
URA :
1° MIKUDAKI
3°MIZU IRI
5° SAKA OTOSHI
7°IWA NAMI
réduire le corps en poudre
plonger dans l'eau - suivre le courant
tomber en culbute - culbuter sur la pente
rocher balayé par la vague
2° KURUMA GAESHI
4° RYUSETSU
6° YUKI ORE
roue renversée
la neige sur le saule
branche cassée par la neige

-------------------------------------------------------------

2e partie : NAGE WAZA

 

Mon système d’attaque autour des BARAÏ

1re partie : les formes fondamentales du GOKYO
2e partie : éducatifs avec le partenaire (déséquilibre, placement du pied, différents appels)
3e partie : forme personnelle et kumi kata (Balayage avec le pied droit et un kumi kata à droite)
4e partie : techniques utilisées pour amener le balayage
5e partie : enchainements à partir d’une mise en déséquilibre par ce balayage
6e partie : le balayage en contre prise
7e partie : liaisons « debout – sol »

-------------------------------------------------------------

3e partie : NE WAZA

Mon système d’attaque au sol à partir d’une projection par balayage

A) Uke en position quadrupédique, Tori contrôle le revers gauche avec sa main droite : 5 variantes selon la réaction de Uke

 

B) Uke à genou, Tori entre les jambes : 5 saisies selon les réactions de Uke.

 

1/ Contrôle du revers gauche de Uke avec la main gauche : 4 formes
2/ Contrôle du bras gauche de Uke avec la main gauche : 5 formes
3/ Contrôle du bras droit de Uke avec le bras gauche : 3 formes
4/ Contrôle des 2 poignets de Uke au niveau des manches : 1 forme
5/ Contrôle de Uke au niveau du bassin : 2 formes

C) Retour à la position initiale Uke en position quadrupédique (2 formes)

-------------------------------------------------------------

4e partie : JU JITSU

 

 

26 techniques réparties en 5 parties :

1re partie : ripostes sur tentatives de saisie (2 formes)
2e partie : saisies à une ou deux mains (8 formes)
3e partie : saisie avec les bras (6 formes)
4e partie : coups (5 formes)
5e partie : coups avec armes (5 formes)

-------------------------------------------------------------

KOSHIKI NO KATA

 

Le Koshiki No Kata est un kata de Ju Jutsu de l'école Kito. Maître Kano qui avait étudié longuement avec Maître Iikubo dans cette école a intégré le Koshiki No Kata dans le Judo. Il considérait ce kata au plus haut point tant sur le plan technique que sur celui de la logique. C'est ainsi qu'il intégra dans le Judo ce kata composé de la série Omote de 14 techniques et de la série Ura de 7 mouvements.

               C'est à l'origine un kata constitué pour le combat en armure des soldats. Il est donc bien évident que les déplacements, les esquives, le résultat des techniques sont différents d'un autre kata parce qu'il est pratiqué par des hommes vêtus d'armures. Malgré cet aspect, au premier abord quelque peu archaïque, il est d'un grand intérêt en Judo car il démontre les principes logiques du combat. Il permet d'acquérir les bases des principes des projections. C'est ce que nous dit Maître Kano: "Le koshiki No Kata est un kata légué par la branche Takenaka de l'école Kito et je l'ai repris en l'état. Je l'ai transmis tel qu'il était autrefois pour faire comprendre le sens profond et la noblesse au niveau du combat en judo et parce qu'il est tout à fait approprié pour indiquer le chemin parcouru pour passer du Ju Jutsu au Judo ".

   

-------------------------------------------------------------

Ce kata, outre les aspects techniques, démontre aussi bien d'autres choses. En effet, il n'enseigne pas uniquement des techniques permettant de battre son adversaire. Il apprend à prendre conscience, à s'exercer à polir ce qu'on appelle en japonais "HONTAI": la forme de base, la position fondamentale, la forme sincère, la substance. (…) Le Koshiki No Kata permet de corriger, d'étudier sa position fondamentale afin de la rendre plus efficace. Ainsi même s'il démontre des techniques exécutées en armure et donc sans utilité dans la vie moderne, ce kata joue malgré tout un rôle important dans la compréhension des éléments de base qui régissent le
Judo.

Le Koshiki No Kata est composé de deux séries qui ont un rôle distinct relié à cette notion :
- La première série (Omote) composé de 14 mouvements se fait par étape : cette première série est l'acquisition et la démonstration de la prise d'énergie et de sa maîtrise pendant et en fin d'évolution de la technique. Cette série démontre le Ki No Dan (utilisation de l'énergie et relâchement de l'énergie).
- La série suivante de 7 mouvements s'appelle Ura (au sens de dérivé de ce qui est caché, intériorisé). Il n'y a plus de degré, d'étape de distinction dans l'évolution du Ki, il est maîtrisé intérieurement. Ici les principes du Yang et du Yin interpénètrent .

Dans la série Omote, on ne cherche pas la victoire, on corrige sa position. Tout en s'efforçant de bien réaliser le démarrage et la fin du Ki, on reste dans une énergie calme s'adaptant aux circonstances. On s'efforce de polir sa forme fondamentale par la connaissance de soi, la connaissance du partenaire. Et "lorsqu'on entre dans la série Ura, on va à la rencontre de l'autre avec force, vitesse comme un déluge de pluie, s'il s'échappe on le poursuit dans un mouvement sans une seconde de retard, on effectue le combat sans étape".

 

-------------------------------------------------------------

Présentation de la prestation

                   J’ai découvert ce Kata et sa forme « KITO RYU » lors d’un premier stage d’étude en avril 2011 au Crozon sous la direction de Maître SHOZO AWAZU et de Messieurs SERGE FEIST et PATRICK VIAL, un stage au cours duquel je suis entré de plein pied dans la préparation de ce grade ; une entrée « par la petite porte », une grande leçon d’humilité et un stage inoubliable tant du point de vue technique (une totale découverte de ce kata inconnu) que pédagogique (les « jeux » de Maître AWAZU) et humain (un groupe de stagiaires très soudé, convivial et de tous horizons géographiques : une grande richesse et un vrai plaisir !)

                   Trois autres stages ont suivi cette première expérience, XONRUPT LONGEMER à l’automne 2011 puis de nouveau à l’automne 2012 : les deux fois sous la conduite de messieurs FEIST et VIAL et ce même sentiment de repartir de « 0 » … Et toujours cette ambiance très agréable au sein du groupe de stagiaires ! Au fur et à mesure un constat important : le choix du Uke est fondamental, car ce kata nécessite une totale harmonie entre les deux partenaires.

                   Le cinquième stage s’est déroulé cet été à BOULOURIS, de nouveau sous la conduite de Maître AWAZU, ainsi que messieurs FEIST et VIAL, une expérience différente puisque pour la 1ère fois je participais au stage en ayant beaucoup travaillé le kata durant l’hiver avec mon partenaire : un stage de « perfectionnement » là encore indispensable et très constructif !

 

-------------------------------------------------------------

 

Ouverture

1re série : OMOTE (face) :
- Tai (posture de départ)

UKE pivote sur place sur la pointe des pieds pour faire face à TORI, avance de plusieurs pas en commençant du gauche. Arrivé presque à la hauteur de TORI il avance pied droit devant le gauche de TORI, marque un temps d'arrêt, saisit la ceinture de TORI, devant avec la main gauche derrière avec la droite. Tout en levant la jambe gauche qu'il place presque contre le tibia droit de TORI il attire celui-ci, lançant sa jambe gauche en demi-cercle en arrière pour se placer un mouvement de hanche. TORI place son bras gauche derrière le dos de UKE le long de la ceinture. Sa main droite vient appuyer en haut sur le devant gauche de la poitrine de UKE. Partant du pied gauche, par cinq Tsugi ashi il fait reculer UKE et le met progressivement en déséquilibre. À la suite de ces déplacements UKE deux pieds sur le même plan est en déséquilibre, TORI accentue un peu le déséquilibre et poussant de la main droite renverse UKE un arrière en posant lui-même son genou droit au sol un peu derrière son talon gauche. UKE chute en reculant largement sa jambe gauche. TORI après un court temps d'arrêt «ouvre» sa jambe gauche. Puis se relève lentement et revient au même endroit que pour TAI mais un pas environ en retrait par rapport à cette place et un peu plus vers le centre. UKE reprend la même place qu'il avait au début de cette technique.

- Yume-no-uchi (entre rêves)

UKE refait le même déplacement et les mêmes gestes TORI également, mais à l'instant de la mise en déséquilibre UKE recule le pied gauche prend appui dessus et se redresse. La suite est LE SUTEMI (TORI fait reculer UKE plus loin que le point central de façon que la fin de la chute soit dans le périmètre du Kata.)

- Ryokuhi (emploi de la force)

Après la projection, TORI se redresse et vient se placer au point central son flanc droit vers SHOMEN. UKE se redresse et «fait le tour» en passant derrière TORI, puis vient se placer devant lui et d'un geste ample, ses deux mains, la droite passant par dessus la gauche, tentent de saisir la ceinture de TORI. TORI de la main gauche saisit et pousse le poignet droit de UKE. Sa main droite passe au dessus de la gauche et vient pousser derrière le coude, cependant qu'il recule sa jambe droite. UKE attiré par TORI avance la jambe droite en direction de la jambe
droite de TORI. La main gauche de TORI pousse à l'épaule gauche de UKE pour accentuer le déséquilibre. Et sa main droite passant sous le bras droit de UKE le monte. TORI se déplace en tsugi ashi vers sa droite, collant le bras droit de UKE contre sa tête (à UKE) et le met en déséquilibre sur la pointe des pieds. Lorsque UKE retombe sur ses talons, TORI passe sa main droite devant l'épaule droite de UKE et baissant son genou gauche au sol tire UKE vers le bas. UKE chute frappant de la main droite. TORI reste un instant dans cette position sans «ouvrir».

- Mizu-guruma (le moulin que l'eau fait tourner)

TORI se relève et revient à la même place que pour RYOKUHI. UKE «fait le tour» et revient devant TORI. Il refait les mêmes gestes d'attaque. Cette fois des deux mains (La saisie du bras de UKE au début la main gauche est à l'extérieur pouce en haut paume vers le haut, main droite à l'intérieur pouce en haut, paume vers le bas) TORI tire le poignet droit de UKE vers l'avant et le bas. UKE avance pied droit puis en réaction se redresse reculant le pied droit. TORI en avançant le pied droit d'un grand pas sur le côté droit de UKE, replie le bras droit de UKE qu'il pousse devant la tête de celui-ci dos de la main contre le front. Son bras gauche lui encercle la taille et, en tsugi ashi déséquilibre UKE. La suite est LE SUTEMI. UKE dès le début de son recul a placé sa main gauche derrière le bras droit de TORI. Il place alors au début du SUTEMI sa main droite sur l'épaule gauche.

- Mizu-nagare (courant d'eau)

TORI se relève et vient se placer au bout de l'axe à gauche en regardant SHOMEN. UKE est à l'autre bout. Les deux viennent l'un vers l'autre. En avançant, UKE dissimule sa main droite derrière son dos et tend le bras gauche paume de la main vers la sol. Arrivé vers TORI, ses doigts se replient comme pour «crocheter» devant le cou de TORI. TORI saisit de sa main droite les doigts repliés de UKE. Sa main gauche tire sous le bras gauche de UKE, lequel pied gauche en avant se trouve déséquilibré. TORI alors, passe sa main gauche sur le bras de UKE et laissant tomber son genou droit au sol en UKI OTOSHI et restant bien an face de lui le tire vers le sol.

- Hiki-otoshi (tirer et faire tomber)

Les deux partenaires ayant changé de place sont à nouveau aux deux bouts de l'axe. Ils avancent l'un vers l'autre et, arrivé presque à hauteur de TORI, UKE fait un pas plus rapide et tente avec la main droite de placer tsuri goshi au côté gauche de TORI. Celui-ci saisit aussitôt le bras droit de UKE (main gauche en bas à l'extérieur main droite en haut à l'intérieur) et restant face à UKE se laisse tomber sur son genou gauche, en UKI OTOSHI, en tirant le bras vers le sol.

- Kodaore (tronc d'arbre gisant)

Les 2 sont à nouveau aux deux bouts de l'axe mais ayant encore changé de place. Ils viennent l'un vers l'autre. C'est TORI cette fois qui en avançant tend le bras droit main profilée pouce dessus TE GATANA. Comme pour transpercer la tête de UKE. UKE pivote et prend de sa main droite la main droite de TORI et passant le pied gauche devant TORI fait Mt de hanche. TORI pousse de sa main droite vers le front de UKE. Sa main gauche vient sur la ceinture, et par un tsugi ashi TORI déséquilibre UKE en arrière (la moitié droite du corps de TORI est derrière la moitié gauche du corps de UKE). TORI se laisse tomber sur son genou gauche et fait chuter UKE en le tirant en arrière. TORI reste immobile un court instant et ouvre son genou droit.

- Uchi-kudaki (réduire en poudre)

Ayant à nouveau changé de place tous les deux sont aux deux bouts de l'axe. Ils viennent l'un vers l'autre. TORI en avançant tend le bras gauche (main TE GATANA) en direction du ventre de UKE. UKE «ouvrant» saisit la poignet gauche de TORI avec sa main gauche. Il avance le pied droit devant TORI et lui encerclant la taille avec le bras droit, se place en mouvement de hanche, TORI passe le bras gauche devant le corps de UKE sa main droite sur le devant de la ceinture (comme SUKUI NAGE). Il recule, déséquilibre UKE et tombant sur son genou droit, fait chuter
UKE en le renversant. Il marque la position un court instant puis «ouvre».

- Tani-otoshi (chute dans la vallée)

TORI est venu se placer au point central faisant face à SHOMEN. UKE vient se placer derrière et à gauche de TORI à un tatami 1/2 (environ 3m). Il s 'avance et s'arrête son pied droit derrière le gauche de TORI à environ 30 cm son pied gauche à hauteur du droit. Avançant le pied gauche il pousse de la main droite sur l'omoplate droite de TORI, puis avançant le pied droit devant TORI il appuie de la main gauche à l'abdomen pour le «plier» vers l'avant. TORI fléchit le corps, la main droite de UKE glisse TORI avance le pied droit et saisit de la main droite la main droite de UKE qu'il tire vers le sol. En réaction UKE se redresse TORI passe sa jambe gauche derrière UKE et se redresse lui aussi. Le bras gauche de TORI passe devant UKE et le pousse en arrière son corps venant contre TORI, La main droite de TORI vient sur le ventre de UKE. TORI poussant UKE en arrière se laisse tomber sur son genou droit. Après la chute de UKE TORI «ouvre» le genou gauche.

- Kuruma-daoshi (roue projetée)

TORI se place un peu en arrière du point central face à SHOMEN. UKE derrière un peu à gauche à la même distance que pour le technique précédente. Il s'avance comme pour TANI OTOSHI, mais arrivé derrière TORI, comme en JU NO KATA, KATA MAWASHI, il fait tourner les épaules de TORI qui pivote. Les 4 pieds sont «en ligne». Les deux bras de TORI viennent se placer sous les deux bras de UKE et se laissant partir en arrière TORI fait le SUTEMI. UKE chute en avant exactement face à SHOMEN

-------------------------------------------------------------

- Shikoro-doshi (prise d'épaulière)

TORI est venue se placer au centre, mais plus en avant du point central, flanc droit vers SHOMEN. UKE «fait le tour» vient devant TORI très près de lui et sans avancer tente avec sa main gauche de saisir la ceinture de TORI. TORI pousse le poignet gauche de UKE avec sa main droite. Sa main gauche vient repousser la mâchoire de UKE qui pivote sur le pied gauche arrivant parallèlement à TORI. TORI le déséquilibre en arrière. Ses deux mains passent devant les épaules de UKE. Se laissant tomber sur son genou gauche TORI tire UKE en arrière. UKE chute frappant le sol des deux mains. TORI reste un testant dans la position sans «ouvrir».

- Shikoro-gaeshi (renversement par l'épaulière)

Tous deux en positions inversées par rapport au mouvement précédant. TORI largement en retrait du point central flanc gauche vers SHOMEN.
UKE très près, sans avancer, prend de la main gauche le devant de la ceinture de TORI. Et reculant largement le pied droit, tire TORI. Celui-ci réagit en tirant la mâchoire de UKE avec la main gauche et en repoussant la tête avec la main droite, tout en avançant le pied droit derrière UKE. UKE sans avancer le pied arrière, se redresse et pousse vers le bas avec sa main gauche. Dans l'élan TORI se laisse tomber sur le fessier, en fauchant avec sa jambe droite la jambe gauche de UKE qui chute et frappe de la main droite.

- Yudachi (averse d'été)

TORI nettement en avant du point central (40 à 50 cm) flanc droit vers SHOMEN. UKE "fait le tour" et vient se placer devant lui à distance normale. TORI prend les deux revers de UKE avec ses deux mains les rapproche et les prend avec sa main droite insérant l'index entre
les revers et tire UKE. UKE avançant le pied gauche, saisit sous le bras droit de TORI avec sa main gauche en le poussant. Dans l'élan TORI recule le pied droit. UKE fait un pas du pied droit en essayant avec la main droite de placer koshi waza au côté gauche de TORI. Lequel saisissant ce bras le tire en se laissant tomber sur le genou gauche en UKI OTOSHI. TORI est resté bien face à UKE et n'a pas lâché la prise de sa main droite aux revers.

- Taki-otoshi (faire tomber comme une cascade)

TORI nettement an retrait du point central, (tous les deux ayant changé de place par rapport à la technique précédente). TORI fait les mêmes gestes que pour YUDACHI. UKE à nouveau avance le pied gauche et saisit le bras droit de TORI par dessous. TORI recule le pied droit. UKE avançant le pied droit passe son bras droit par dessus le gauche de TORI pour «saisir dans le dos». TORI encercle la taille de UKE avec le bras gauche et l'attire à lui en pivotant vers sa gauche et se trouve ainsi parallèle à UKE qu'il «colle» contre lui. TORI fait LE SUTEMI

2e série : URA (inverse) :
- Mi-kudaki (réduire le corps en poudre)

TORI vient se placer à sa place initiale du Kata après qu'il ait ouvert et pivoté (tout au début du Kata) faisant face à SHOMEN. Il «ouvre» gauche-droit et se trouve ainsi à la même place que pour YUME NO UCHI. UKE a repris sa place initiale de Kata (après l'ouverture). Il avance et fait les mêmes geste que pour TAI, TORI de la main droite saisit le poignet gauche de UKE, le lève, enfonce son bras gauche (comme pour WAKI OTOSHI) paume de la main vers UKE et le déséquilibre comme pour YUME NO UCHI, UKE reprenant son équilibre TORI lui. rabaisse le bras gauche qui était tendu, pivote en lançant sa jambe gauche en arc-de-cercle vers l'extérieur droit de UKE, enfonce sa jambe droite près de l'extérieur de la jambe droite de UKE se laissant tomber en YOKO WAKARE, son bras gauche poussant sous l'aisselle gauche de UKE.
UKE chute et dans l'élan se redresse et s'élance les deux bras tendus vers TORI qui vient de se relever.

- Kuruma-gaeshi (roue renversée)

TORI saisit UKE sous les deux bras plaçant ses deux pieds à l'extérieur de la jambe droite de UKE et fait LE SUTEMI. UKE chute se relève et s'élance bras droit tendu vers TORI

- Mizu-iri (plonger dans l'eau)

TORI écarte ce bras de l'intérieur vers l'extérieur avec sa main gauche, paume contre l'intérieur du poignet droit de UKE. Il saisit de la main droite sous l'aisselle droite de UKE et fait YOKO WAKARE.

- Ryu-setsu (la neige sur le saule)

UKE se relève tête baissée, TORI «feinte» avec la main droite en direction du visage de UKE. UKE se redresse TORI se place les deux pieds à l'extérieur de la jambe droite de UKE. La main gauche se place sous le bras droit, la main droite au revers gauche et TORI fait LE SUTEMI.

- Saka-otoshi (tomber en culbute)

UKE s'élance bras gauche tendu comme pour saisir le sabre au flanc droit de TORI lequel saisit ce bras à deux mains et fait UKI OTOSHI en restant debout.

- Yuki-ore (branche cassée par la neige)

UKE chute. TORI vient vers lui, puis lui tourne le dos, et avance, UKE s'élance et des deux bras entoure les épaules de TORI. Tombant genou droit au sol, TORI fait SEOI NAGE (SEOI OTOSHI).

- Iwa-nami (rocher balayé par les vagues)

UKE se relève tête baissée, TORI «feinte» des deux mains en direction du visage de UKE, celui-ci se redresse, TORI avance ses deux pieds sur le côté droit de UKE, saisit les deux revers et fait LE SUTEMI. TORI et UKE se redressent et lentement, marchant en arc de cercle reprennent leurs places du début de Kata se regardent, « ferment » se saluent, se tournent, et saluent vers SHOMEN.

Fermeture

-------------------------------------------------------------

NAGE WAZA :

Mon système d’attaque autour des BARAÏ

 

           Je me propose de vous présenter le balayage que j’affectionne, une variante de
« De Ashi Barai » puisque je balaye avec le pied droit avec un Kumi Kata à droite.

           Si je suis fondamentalement DROITIER, j’ai été amené à faire varier cette
saisie pour amener mon adversaire au déplacement voulu et ainsi pouvoir le projeter avec
un « Baraï » !

-------------------------------------------------------------

La « magie » des balayages :

           Je me souviens d’un article dans la revue « judo magazine » proposant à de jeunes judokas de répondre à un questionnaire ; entre autres items, on leur demandait ce qu’ils préféraient entre « gagner un combat sur un superbe Uchi Mata ou remporter la victoire par un balayage dans le temps. » …

           J’avoue que cette question m’a torturé l’esprit tant la sensation est différente et toute aussi grisante dans les 2 cas : d’une part « planter » son adversaire sur une technique requérant force et coordination, d’autre part mystifier l’autre sur un balayage qui reflète on ne peut plus la maxime de J. KANO : un minimum d’effort pour un maximum d’efficacité ! (SEIRYOKU ZEN YO)

           D’ailleurs nos champions nous ont offert le même (agréable) dilemme lors des championnats du monde à Paris en 2011 : certes le Uchi Mata de Ugo Legrand sur le coréen Wang était un geste magnifique, mais que dire de ce formidable De Ashi Barai d’Audrey Tcheuméo sur la japonaise Ogata, ou encore de ceux réussis par Dimitri Dragin, étincelant lors de la compétition par équipes !

     

           A l’heure ou l’évolution des règlements fait peur et pose de nombreuses questions, les balayages restent une arme redoutable pour qui sait créer et utiliser le déplacement de son adversaire ! Ces techniques redoutées sont souvent aux frontières de la MAGIE tant elles requièrent un juste dosage de déplacement, de déséquilibre et de timing, par opposition à la force brute dès la prise de Kumi Kata à quelque niveau que l’on se trouve.

-------------------------------------------------------------

Ma découverte des balayages :

           À mon modeste niveau, mon parcours de judoka (que ce soit à l’entraînement ou en compétition) m’a conduit à vivre les 2 sensations, d’abords grâce à Uchi Mata puis au fur et à mesure de la maturité (et plus certainement de ma difficulté croissante à tourner le dos à l’adversaire) en m’orientant vers les balayages. Une évolution nécessaire liée à ma morphologie, à celle de mes adversaires et à cette volonté omniprésente de FAIRE CHUTER en recherchant le IPPON !

           Cependant, si j’ai beaucoup travaillé autour des mouvements de hanche lors de mon apprentissage du Judo, j’ai le sentiment que ma « découverte » des balayages a été le fruit du hasard, disons plutôt de l’ordre de l’INSTINCTIF : j’ai souvent réussi ce geste sans le préméditer, sans le rechercher et à l’inverse, il m’est parfois arrivé de le rater faute de « timing » alors que je le préparais depuis plusieurs séquences.

Je peux ainsi décomposer mon « évolution technique » dans le domaine du NAGE WAZA en 4 périodes :

- Lors de mes premières expériences en compétition, dans les catégories « jeunes » jusqu’en cadets, je marquais le plus souvent sur O SOTO GARI soit en attaque directe, soit en contre, grâce à une position très décalée, pied droit en avant et une garde haute (main droite au col voire dans le dos de l’adversaire) ; en revanche je butais régulièrement sur les gauchers face auxquels je me sentais démuni techniquement et tactiquement.

- Progressivement, j’ai été amené à rechercher davantage l’attaque directe (sans attendre le contre) moins risquée d’autant plus que j’étais souvent confronté à des adversaires plus forts physiquement du haut du corps (j’ai toujours été un judoka longiligne) ;
m’appuyant toujours sur une garde haute à droite, je créais le déplacement pour lancer HARAI GOSHI, UCHI MATA ou HANE GOSHI selon la réaction de l’adversaire. J’ai particulièrement travaillé cette tactique lors de mon passage en « STAPS » à Paris, ou je me suis trouvé confronté à des partenaires bien plus aguerris que moi, mais aussi lors de mon année consacrée à la préparation du Brevet d’Etat en 1988.

- Durant mes années chez les seniors, j’ai souvent combattu en « toutes catégories », ainsi qu’en + 78 kg par équipes : dans ces oppositions, j’étais systématiquement dominé à la garde, face à des adversaires plus lourds de 20 à 30 kgs, un challenge qui me plaisait car je n’étais pas favori et je n’avais pas grand-chose à perdre … Mes premiers « pions » sur balayage datent de cette époque, le plus souvent face à des droitiers venant saisir très haut le Kumi Kata, et de fait AVANCANT leur pied droit …

-------------------------------------------------------------

- Par la suite, j’ai encore développé ce balayage spécifique (une garde à droite, et un balayage du pied droit) lors des rencontres chez les « vétérans », le problème étant désormais ma difficulté croissante à tourner le dos à l’adversaire … Il s’est agit cette fois de développer des stratégies de déplacement et de Kumi Kata pour amener l’adversaire à la faute

 

Une forme particulière :

           J’ai donc choisi de vous présenter ce balayage particulier (puisque effectué en fausse garde le plus souvent) et la façon dont je l’exécute au gré des oppositions rencontrées. Dans ma forme privilégiée, le Kumi kata à droite limite l’action de déséquilibre classique au niveau du bras : je compense ce déficit en agissant sur la manche opposée en rotation couplée à un TAI SABAKI important.

           De même, cette forme présente un défaut important, le manque de contrôle du bras gauche de Uke : un danger potentiel lors de la projection chez les plus jeunes (je n’enseigne pas cette forme) ; là encore je compense en agissant fortement sur le revers avec la main droite lors de la projection pour ramener Uke sur le dos et ainsi empêcher la pose du bras droit.

-------------------------------------------------------------

La prestation : « Mon système d’attaque autour des BARAÏ"

J’ai organisé cette présentation en 6 parties, en partant des formes « usuelles » de balayages effectuées avec le pied droit et le pied gauche, pour aller vers la forme que je pratique, un balayage du pied droit avec un Kumi Kata préférentiel à droite, et les différentes saisies qui me permettent de faire réagir mon adversaire.

1re partie : les formes fondamentales du GOKYO
2e partie : éducatifs avec le partenaire (déséquilibre, placement du pied, différents appels)
3e partie : forme personnelle et Kumi kata
4e partie : techniques utilisées pour amener le balayage
5e partie : enchainements à partir d’une mise en déséquilibre par ce balayage
6e partie : le balayage en contre prise
7e partie : liaisons « debout – sol »

 

-------------------------------------------------------------

1) Les formes fondamentales du GOKYO :

En guise d’introduction, 6 projections sur 3 déplacements « classiques » que l’on retrouve dans le randori : avancée de Uke, déplacement latéral, recul de Uke. On y retrouve les 3 balayages répertoriés dans le gokyo : DE ASHI BARAI (balayage du pied avancé) , OKURI ASHI BARAI (balayage des deux pieds) et HARAI TSURI KOMI ASHI (balayage du pied en pêchant)

 

Ma forme habituelle se rapproche davantage de DE ASHI BARAI, je cherche à créer un mouvement en rotation, et à venir balayer le pied au moment ou Uke vient se rééquilibrer.

2) éducatifs avec le partenaire :

a) IMPULSION : l’objectif est de créer un décalage lors du déplacement (retard de Tori par rapport à Uke)

- Tori saisit Uke en garde fondamentale à droite, et se déplace en « Tsugi - Ashi » : Tori balaye avec le pied gauche puis avec le pied droit.

- Tori démarre en « Ayumi - Ashi » (marche) pour créer un décalage dans le déplacement (retard de Tori par rapport à Uke)

-------------------------------------------------------------

- Tori provoque le décalage avec un « Ayumi - Ashi » (double impulsion) :

 

- Tori provoque le décalage par un « piétinement » puis se déplace en « Tsugi – Ashi »

- Tori démarre en « Tsugi - Ashi » puis effectue le « piétinement »

b) DESEQUILIBRE : éducatifs en liaison avec ma forme personnelle, balayage avec le pied droit en garde à droite.

- Mise en déséquilibre de Uke en provoquant l’avancée des 2 pieds : à partir de déplacements en « Ushiro – Sabaki »

c) COMBINAISON : Tori se déplace dans différentes directions en créant le déséquilibre

- Tori provoque les déplacements de Uke vers l’avant puis vers l’arrière, en combinant « Tsugi – Ashi » et « Ayumi – Ashi » dans ses appuis.

3) forme personnelle et Kumi kata :

Mon objectif pour placer ce mouvement est d’amener Uke à avancer le pied droit (ou à reculer le pied gauche) : dans cette partie, je propose 10 formes adaptées à la morphologie de l’adversaire et à son Kumi Kata :

UKE est DROITIER :

a) Uke en garde classique, Tori également en garde classique à droite recule le pied gauche, tire fortement sur le bras droit de Uke, et le projette en DE ASHI BARAI au moment ou il rapproche son pied gauche pour se rééquilibrer, tout en effectuant une forte traction avec la main droite pour empêcher Tori de tenter une « réchappe » sur la main droite.

-------------------------------------------------------------

b) Uke est en garde haute, Tori fait lâcher la saisie (main gauche au revers et poussée de la main droite) et reprend l’initiative du déplacement en reculant pied gauche au moment ou Uke veut reprendre sa saisie : projection

 

c) Uke a une garde puissante et verrouille l’épaule gauche de Tori, qui contrôle le pectoral droit avec le point gauche, et saisit en garde centrale. Tori pousse le bras droit de Uke vers le haut avec son coude gauche, amorce le déplacement en reculant pied gauche, et vient déséquilibrer en tirant fortement sur le revers : projection.

d) Même saisie de Uke, cette fois Tori vient saisir au col avec sa main gauche, et dégage son épaule gauche en amenant Uke vers la
droite (action forte du poignet gauche en torsion), puis retrouve le déplacement vers la gauche en reculant son pied gauche et
projection.

e) Tori anticipe la saisie de Uke : saisit la manche droite de Uke et appuie vers le bas pour provoquer réaction inverse.

 

-------------------------------------------------------------

f) Tori saisit à gauche à 2 mains, et crée le déplacement pour amener Uke vers sa gauche

UKE GAUCHER :

a) Tori contrôle par en dessous en passant son bras droit sous le bras gauche de Uke, puis en agissant main ouverte sur le biceps de façon à contrôler ce bras gauche (fort pour un gaucher) puis amorçe le déplacement en garde centrale, main gauche au revers

b) Tori contrôle le coude de Uke à 2 mains (main droite au revers, main gauche en dessous du coude) et balaye en avançant quand Uke cherche à se libérer

   

c) Tori anticipe la saisie de Uke : il vient saisir en garde croisée et provoque le déplacement vers la gauche.

d) Tori anticipe la saisie de Uke : il saisit à gauche et contrôle fortement la manche de Uke, puis part en cercle.

-------------------------------------------------------------

4) Enchaînements amenant un balayage :

L’objectif est de projeter en balayant, voici quelques solutions « techniques » pour amener Uke à la faute :

UKE DROITIER :

a) « Confusion » technique de hanche + balayage après esquive de Uke :

       

b) Tori attaque en O UCHI GARI, Uke esquive en reculant, Tori balayage en avançant.

c) sur un droitier puissant, contrôle avec la main gauche au niveau de l’aisselle droite avec le point, Tori vient pousser l’intérieur de la cuisse droite avec sa jambe droite (forme KO UCHI GARI) puis balaye en avançant.

d) Tori gaucher contrôle le revers droit de Uke, puis effectue une « confusion » par une tentative en IPPON SEOI NAGE à droite

UKE GAUCHER :

e) Tori droitier effectue KO UCHI GARI, Uke esquive en reculant, Tori enchaîne en avançant vers la gauche

-------------------------------------------------------------

g) Tori gaucher tente en O SOTO GARI à gauche et retour sur le balayage après un déplacement en cercle.

       

5) Enchaînements à partir d’une tentative de balayage :

L’objectif est cette fois d’utiliser ce balayage (pied droit) comme premier déséquilibre pour mieux projeter ensuite :

TORI DROITIER/UKE DROITIER

a/ Tori enchaîne en UCHI MATA à droite après l’esquive de Uke

b/ Tori enchaîne en O SOTO GARI à droite (défense de Uke en position Jigotaï)

       

c/ Tori enchaîne KO UCHI GARI à droite (défense de Uke en position Jigotaï)

-------------------------------------------------------------

d/ Tori saisit le revers gauche (garde « centrale ») et enchaîne en IPPON SEOI NAGE après l’esquive latérale de Uke

       

TORI DROITIER/UKE GAUCHER

a/ Tori saisit le revers en passant sous le bras gauche de Uke, et applique HANE GOSHI à droite (coude droit lever pour accentuer le déséquilibre)

       

b/ Tori amorçe le déplacement vers la gauche, et applique YOKO TOMOE NAGE à droite après l’esquive latérale de Uke.

TORI GAUCHER /UKE GAUCHER

c/ Tori enchaîne avec HARAI GOSHI à gauche après l’esquive latérale de Uke.

-------------------------------------------------------------

6) Contres :

L’objectif est cette fois de profiter de l’attaque de Uke pour placer un balayage :

UKE DROITIER / TORI DROITIER

a) Uke tente HARAI GOSHI, Tori bloque l’attaque en position Jigotaï et enchaîne en balayage lorsque Uke se replace

b) tentative en O UCHI GARI de Uke, Tori esquive et « absorbe » le déplacement vers l’avant de Uke pour projeter

c) tentative de balayage de Uke (pied droit), Tori esquive en reculant le pied droit et contre en HARAI GOSHI

     

UKE GAUCHER / TORI DROITIER

a) Uke tente KO UCHI GARI : Tori esquive et amplifie le déplacement vers l’arrière pour projeter en balayage.

b) tentative en balayage du pied gauche, Tori contre en TSUBAME GAESHI

         

-------------------------------------------------------------

7) Liaisons « debout – sol » :

L’objectif de ce mouvement est bien sûr de marquer le « ippon », mais la liaison debout-sol est bien sûr importante, d’autant plus que ce mouvement est très déstabilisant (effet de surprise) et Uke marque parfois un temps d’arrêt avant de se remobiliser au sol :

a) Sur tentative de balayage, Uke tombe en position quadrupédique :

Tori conserve le contrôle du revers, puis enroule Uke en venant placer son bras droit sous l’aisselle gauche et immobilise en KATA GATAME

         

b) Uke tombe à plat ventre :

Tori contrôle le revers, retourne Uke en passant côté tête, contrôle le bras droit de Uke et enchaîne en JUJI GATAME

c) Uke tombe à genoux :

tori conserve le Kumi Kata à droite, vient s’asseoir entre les jambes de Uke, chasse ses appuis droits (genou et contrôle du bras) pour le renverser vers la droite et appliquer HON GESA GATAME.

-------------------------------------------------------------

NE WAZA :

Mon système d’attaque au sol à partir d’une projection par balayage

                 

Le Ne Waza :

Moins spectaculaire que le judo debout, le Ne Waza n’en comporte pas moins une richesse infinie tant les saisies et les positions sont variées et donnent lieu à d’innombrables possibilités pour neutraliser l’adversaire ; comme c’est souvent le cas, il m’a fallu du temps pour intégrer cette richesse et apprécier cet aspect du judo ; je le dois notamment à l’apport pédagogique des nombreux intervenants croisés lors des stages enseignants, des « passionnés-passionnants » tel M. LINDENMAN lors de mon passage à l’école des cadres de Châtenay Malabry.

Le combat au sol permet toutes les oppositions (la force physique est certes déterminante, mais pas aussi prépondérante que dans le combat debout) et pour l’enseignant que je suis offre des « variables » particulièrement intéressantes : quel plaisir de combiner, de croiser, de rouler, de renverser l’adversaire, d’imaginer des stratégies pour finalement placer le mouvement favori … Et l’apport récent du « Ne Waza Brésilien » ne fait que renforcer cet attrait !

Mon approche du sol :

Dans le combat au sol comme debout, je privilégie l’attaque (la meilleure défense …) en cherchant à imposer le rythme du combat, mes saisies plutôt que de risquer de subir la pression adverse.

Contrairement au combat debout ou je recherche de façon préférentielle le « balayage », il y a plusieurs situations que j’affectionne au sol, et en particulier lorsque Uke est à genoux entre mes jambes : j’ai constitué progressivement tout un éventail de techniques, picorant au cours des stages enseignants à tous les niveaux, région, national, et dernièrement lors du stage au Japon (en particulier auprès de M. TAKAHASHI) : quel plaisir de toujours avoir cette impression d’apprendre, de réinventer, et de progresser
sans cesse !

-------------------------------------------------------------

La prestation :

J’ai choisi de partir d’une liaison « debout-sol » où Uke se retrouve en position « quadrupédique », de la faire évoluer au gré des défenses et blocages de Uke, pour finalement y revenir : une façon d’illustrer combien le combat au sol est une succession de tentatives et de contrôles et un éternel recommencement : ce qui n’a pas fonctionné au début du combat peut s’avérer efficace plus tard !

A) Uke en position quadrupédique, Tori contrôle le revers gauche avec sa main droite : 5 variantes selon la réaction de Uke

B) Uke à genou, Tori entre les jambes : 5 saisies selon les réactions de Uke

1/ Contrôle du revers gauche de Uke avec la main gauche : 4 formes
2/ Contrôle du bras gauche de Uke avec la main gauche : 5 formes
3/ Contrôle du bras droit de Uke avec le bras gauche : 3 formes
4/ Contrôle des 2 poignets de Uke au niveau des manches : 1 forme
5/ Contrôle de Uke au niveau du bassin : 2 formes

C) Retour à la position initiale Uke en position quadrupédique (2 formes)

 

-------------------------------------------------------------

A) Uke en position quadrupédique :

Tori projette Uke (DE ASHI BARAI), Uke se regroupe rapidement :

1/ Tori contrôle, conserve le contrôle du revers gauche avec sa main droite, le renverse en passant derrière lui (déplacement circulaire) : immobilisation en KUZURE KAMI SHIO GATAME (la main gauche entoure la tête et saisit la ceinture, jambe gauche allongée)

2/ Uke résiste, Tori tente l’étranglement avec la main gauche, Uke se défend sur le côté gauche en rentrant son coude, Tori chasse les jambes et retrouve KUZURE KAMI SHIO GATAME puis USHIRO GESA GATAME après défense de Uke vers la droite.

3/ Uke bloque en écartant les genoux, Tori engage son pied gauche et saisit le col avec la main gauche, force Uke à venir à plat ventre, puis provoque le renversement latéral, et conclut en KUZURE KAMI SHIO GATAME (contrôle important de la tête de Uke avec l’épaule gauche)

 

4/ Tori ne parvient pas à allonger Uke, il engage le bras gauche au dessus de l’épaule gauche de Uke, puis renverse, et termine en KUZURE KAMI SHIO GATAME à GAUCHE (la main droite au revers gauche de Uke étrangle)

-------------------------------------------------------------

5/ Uke tente de se relever, Tori passe sur sa gauche, place sa main gauche au col puis glisse sous le menton, la main droite à la ceinture ; Tori renverse vers la droite en passant sous le corps de Uke, et immobilise en KUZURE YOKO SHIO GATAME

B) Uke à genoux, Tori assis entre ses jambes :

Tori se retrouve entre les jambes de Uke, et le contrôle avec les pieds à l’intérieur :

6/ Tori passe ses 2 mains sous les bras de Uke, et le renverse sur le côté (traction sur les bras combinée à poussée sur les cuisses pour
chasser les appuis), immobilisation en TATE SHIO GATAME.

7/ Tori saisit le revers gauche, Uke tente de se reculer, Tori se rapproche et vient enrouler son bras droit derrière le cou de Uke pour
appliquer KATA HA JIME

8/ Tori saisit le revers gauche avec sa main gauche, et va chercher la ceinture avec la main droite, puis renverse vers la gauche en
chassant l’appui du genou droit de Uke, immobilisation en KUZURE YOKO SHIO GATAME (fort contrôle de l’épaule droite de
Uke sur sa tentative de fuite vers la droite
)

         

9/ A partir du même contrôle au revers, Uke se rapproche, Tori vient étrangler en GYAKU JUJI JIME en passant la main droite sous
l’aisselle gauche de Uke.

Tori vient saisir le bras gauche de Uke avec sa main gauche (croisée) :

-------------------------------------------------------------

10/ Uke se redresse, Tori vient saisir la ceinture à 2 mains, renverse Uke vers la droite (en contrôlant la tête de Uke avec sa joue droite) et immobilise en KUZURE YOKO SHIO GATAME

11/ Même situation, mais Tori laisse une ouverture à Uke en allongeant sa jambe gauche, Uke tente de remonter vers la droite pour immobiliser, ce qui facilite le renversement pour Tori (vient contrôler la jambe droite de Uke avec son bras gauche « en crochet » puis renverse : immobilisation en KUZURE YOKO SHIO GATAME.

12/ Tori vient saisir très tôt le bras de Uke et le maintient à distance avec son pied droit (contrôle au niveau de la hanche) puis engage sa jambe droite en barrage, puis immobilise en KUZURE KAMI SHIO GATAME

         

13/ Tori contrôle la hanche droite de Uke avec son pied gauche, continue à contrôler le bras droit et vient engager sa jambe droite pour effectuer JUJI GATAME à gauche

14/ Tori contrôle le bras gauche de Uke avec son pied droit (en flexion) puis vient appliquer SANKAKU JIME de face

           

-------------------------------------------------------------

Tori ne parvenant pas à contrôler le bras gauche de Uke va en profiter pour rechercher le contrôle du bras droit :

15/ Uke tend le bras droit, Uke vient le contrôler et étrangle en KATA JUJI JIME

16/ à partir du même contrôle du bras droit de Uke, Uke tente de fuir, Tori chasse les appuis (jambes et bras gauche) pour renverser vers la droite et immobiliser avec KUZURE GESA GATAME

17/ Uke tente de retirer son bras droit en le fléchissant, Tori vient contrôler le bras en enroulant sa ceinture autour, puis le renverse vers la droite en faisant un levier avec son bras gauche ; enchaînement en SANKAKU JIME sur le côté.

         

Tori contrôle les 2 poignets de Uke :

18/ Uke tente de fuir en se relevant, Tori contrôle avec ses 2 jambes la cuisse droite de Uke, passe son bras droit (levier) derrière la jambe gauche de Uke et le renverse latéralement, pour terminer en immobilisation en KUZURE YOKO SHIO GATAME

Tori vient contrôler le bassin de Uke :

19/ Tori enveloppe le bras droit de Uke avec son bras gauche, vient contrôler la jambe droite de Uke en FLEXION (saisie du bas de la veste avec la main droite) et renverse vers la gauche, puis immobilise en KUZURE YOKO SHIO GATAME.

-------------------------------------------------------------

20/ Tori passe son bras gauche sous le bras gauche droit de Uke, et avec le même contrôle de la jambe en flexion renverse sur la droite, puis enchaîne en KUZURE YOKO SHIO GATAME à GAUCHE.

             

C) Tori initialement en position inférieure se décale vers la gauche pour se retrouver dans le dos de Uke :

21/ Uke se retrouve à plat ventre, Tori vient saisir le col avec la main gauche, accroche la hanche gauche avec son pied gauche et renverse Uke vers sa gauche pour retrouver KUZURE KAMI SHIO GATAME.

22/ Uke se regroupe, Tori renverse par enroulement pour terminer en USHIRO GESA GATAME.

         

-------------------------------------------------------------

JU JITSU

       

Ma prestation :

J’ai construit ce programme à partir de saisies classiques, pour lesquelles je propose des réponses personnelles issues de « mon » judo. J’ai agrémenté ce programme de quelques saisies et contrôles découverts lors de mon stage au JAPON en avril dernier, une façon de relier cette formidable expérience à mon parcours de Judoka. On y retrouve donc plusieurs balayages, même si ce genre de projection se prête mal au Ju jitsu ; les mouvements de hanche « judo » que j’affectionne sont bien sûr présents ; pour les liaisons au sol, je me suis appliqué à rechercher des solutions spécifiques au Ju jitsu.

1re partie : tentatives de saisie
2e partie : saisies à deux mains
3e partie : saisie avec les bras
4e partie : coups
5e partie : coups avec armes
 

-------------------------------------------------------------

A) Tentative de saisie de Uke :

1/ Uke avance vers Tori et tente de le saisir au niveau des revers
Tori recule et applique un double atémi au niveau des coudes,
Projection par De Ashi Barai et reprise de distance

         

2/ Uke renouvelle la même tentative de saisie
Tori recule et absorbe le déplacement de Uke,
Amenée au sol par clé sur la main droite et reprise de distance

B) Saisies avec les mains :

3/ Uke saisit le poignet gauche de Tori avec sa main droite
Tori tend le bras gauche, effectue un tai sabaki vers la gauche
Se libère de la saisie par pression du coude sur le bras de Uke

     

-------------------------------------------------------------

4/ Uke Saisit la main droite de Tori à 2 mains (KATATE DORI)
Tori tend le bras droit, et vient joindre ses 2 mains,
Se libère de la saisie par Tai Sabaki et poussée des 2 mains

5/ Uke Saisit la main droite de Tori à 2 mains (KATATE DORI)
Tori effectue un Tai Sabaki vers la gauche et pousse sur l’avant bras de Uke
Projection par TAI OTOSHI à droite
Retournement de Uke à plat ventre et clé UDE GATAME

           

6/ Uke vient Saisir le revers droit de Tori avec la main droite (ERI DORI)
Tori riposte par un double atémi (menton et intérieur du coude)
Projection en OSOTO OTOSHI
Osaekomi forme YOKO SHIO GATAME & UDE GARAMI

7/ Uke saisit le revers gauche de Tori avec la main droite (ERI DORI)
Tori riposte par un atemi au plexus
Amenée au sol par YUKI CHIGAE sur le bras droit

-------------------------------------------------------------

8/ Uke vient saisir à 2 mains de face (MAE DORI KUBI)
Tori riposte avec un double atemi aux oreilles
Projection par KUCHIKI TAOSHI
Retournement et Clé sur les 2 jambes

9/ Saisie de côté au cou (YOKO DORI KUBI)
Tori risposte avec un atemi au bas ventre
Projection par balayage
Retournement et clé en UDE GATAME

       

10/ Saisie de manche de côté (YOKO SODE DORI)
Tori pivote et applique un MAWASHI GERI
Amenée au sol par saisie du pied droit de Uke
Clé de genou sur la jambe droite

C) Saisies avec les bras :

11/ Saisie de face en ceinturant sous les bras (MAE DORI)
Tori applique un double atemi aux côtes
Projection par KO UCHI GARI
Clé de jambe en torsion (jambe droite) et contrôle de la jambe gauche avec le pied droit.

-------------------------------------------------------------

12/ Saisie de côté en ceinturant les bras (YOKO DORI)
Tori riposte par un atemi au plexus
Projection par IPPON SEO NAGE
Retournemement et étranglement KATA HA JIME

       
       

13/ Saisie arrière en ceinturant (USHIRO DORI)
Tori riposte par un atemi du talon sur le pied gauche de Uke
Amenée au sol par saisie du pied droit
Clé sur la jambe droite en extension

14/ Tentative d’étranglement (HADAKA JIME)
Tori riposte par un atemi au plexus (coude gauche)
Amenée au sol par pression sur les cervicales (main droite)
Tori enroule le bras de Uke et applique ASHI GARAMI

15/ Saisie de côté au cou (YOKO DORI)
Tori riposte par un atemi au bas ventre
Projection par UKI GOSHI à gauche
Etranglement (forme SODE GURUMA)

-------------------------------------------------------------

16/ Saisie de face au cou (MAE DORI)
Tori riposte par un atemi au bas ventre
Projection par KATA GURUMA
Retournement de Uke et clé en ASHI GARAMI

D) Coups :

17/ Coup de poing direct haut (YODAN OÏ TSUKI)
Tori esquive vers la gauche et frappe Uke aux côtes
Projection en KOSOTO GARI
Tori applique JUJI GATAME

   

18/ Coup de poing direct au plexus (SHUDAN GYAKU TSUKI)
Tori esquive vers la droite et frappe Uke au coup (NANAME SHUTO)
Projection par balayage
Tori applique TEKUBI OSAE (Uke sur le dos)

19/ Attaque oblique du tranchant de la main (YODAN NANAME SHUTO)
Tori esquive le coup en enroulant l’intérieur du bras droit de Uke
Clé sur l’épaule gauche et projection forme TAI OTOSHI
Tori applique TEKUBI OSAE (Uke à plat ventre)

-------------------------------------------------------------

20/ Coup de pied direct de face (MAE GERI)
Tori esquive en reculant et applique à son tour MAE GERI
Projection par KANI BASAMI et contrôle de Uke

       

21/ Coup de pied latéral (YOKO GERI)
Tori vient contrôler la jambe et repousse Uke au sol
Contrôle croisé de la jambe et du bras (« Bander l’Arc »)

E) Coups avec Armes :

22/ Piqué avec couteau de haut en bas (NANAME TSUKI)
Tori vient contrôler le bras droit de Uke en FLEXION
Tori désarme Uke en appliquant UDE GARAMI
Amenée au sol en conservant ce contrôle

23/ Piqué de face avec couteau (SHUDAN TSUKKOMI)
Tori esquive en reculant et désarme Uke (atemi des 2 mains au niveau de l’avant bras)
Tori saisit le poignet et projette par KOTE
Tori maintient ce contrôle au sol

-------------------------------------------------------------

24/ Piqué avec couteau de biais en revers (NANAME UCHI)
Tori esquive sur la gauche et oppose ses 2 avant bras
Puis désarme Uke avec un atemi sur la main

Amenée au sol par contrôle du cou et du bras
Clé sur le bras droit de Uke (HARA GATAME)

25/ Attaque de haut en bas avec Bâton court (KIRI KOMI)
Tori anticipe en avançant, contrôle l’attaque à 2 mains
Applique un atemi au bas ventre (MAE GERI)

Projection par UCHI MATA
Contrôle final en TEKUBI OSAE avec le Bâton

       

26/ Attaque oblique à la tête au bâton court (YOKO UCHI)
Tori anticipe en avançant et projette en IPPON SEO NAGE
Tori désarme Uke et applique SODE GURUMA avec le Bâton.

-------------------------------------------------------------

R e m e r c i e m e n t s

En premier lieu mon épouse Pascale et mes enfants Marine et Florian, eux qui passent si souvent en dernier …
et qui me laissent vivre cette passion dévorante !
Ils ont subi sans mot dire (mais parfois en maudissant) cette longue préparation,
Mes parents qui ont eu la bonne idée de suivre le conseil du pédiatre il y a 40 ans…
*
Rémi BRACQ mon premier professeur à Maromme, qui m’a fait découvrir et aimer le Judo,
Jean-Jacques PINNA professeur à Bernay, qui m’a accueilli à bras ouverts à Bernay
et m’a orienté sur la section de Lieurey,
Serge GRAVIGNY et Patrick FRESCHI, qui m’ont transmis leur énergie au service des autres clubs,
et donné envie de m’investir au sein du comité départemental puis de la ligue !
**
Yves ELIOT, Thierry CRESTOT, Xavier LANGIN, Francis RIVAS et Wilfried BUNEL
qui ont accepté de me suivre dans l’aventure, et avec lesquels j’ai bâti cette prestation ;
merci infiniment pour ces moments de partage et de convivialité !
Maîtres AWAZU et LEBERRE, Messieurs VIAL et FEIST pour leurs précieux conseils lors des stages nationaux,
Monsieur André BOUTIN pour le suivi de ma préparation au sein de la ligue,
une aide précieuse et précise à l’approche de l’examen en particulier dans le Ne Waza !
Messieurs MANSOIS, SERINET, MELICINE, DELANNOY, KULEZINSKY, LEROSEY, VERDIER et LAINE
consultants de choix dans la construction technique des différentes parties de la prestation
***
Mes amis professeurs de Judo de la commission sportive et arbitres qui m’ont soutenu par leurs encouragements et leurs conseils,
Les élèves, parents et amis à LIEUREY, tour à tour soutiens et partenaires d’entraînement qui ont suivi la préparation.