Kake : l'accrochage

Les sept phases de la technique permettant une projection :
Le Shisei (la posture), le Kumi Kata (la saisie), le Tsukuri (la préparation de la mise en déséquilibre)
, le Kuzushi (le déséquilibre), le Kake (l'accrochage) puis le Nage (la projection) et l'Ukemi (la reception de uke au sol) :

Le Shisei (la posture) permet le Kumi Kata (la saisie) permet le Tsukuri (le (dé)placement et placement) de Tori permet le Kuzushi (le déséquilibre) d'Uke amenant le Kake (la mise au point de non retour), le Nage (la projection) et enfin l'Ukemi (la réception de Uke au sol).

Kake est souvent à tort traduit par l'exécution ou la projection.
Outre le fait que la traduction littérale n'a rien à voir avec ces deux termes :
- l'exécution est une mauvaise appellation car l'exécution se situe dans l'ensemble de la réalisation de la technique et pas qu'à la fin
- la projection est une mauvaise appellation car induirait le fait que le Jù no Kata ne comporterait pas de kake

Kake est la mise au point de non-retour pour Uke à partir duquelle il est pris dans l'engrenage de la technique. C'est l'accrochage (gake) décisif, le moment où Uke est suspendu sans possibilité de se défendre. C'est l'instant qui précède le Nage (chute de Uke).