Shime Waza : les techniques d'étranglement basées sur le jùdô

L'action de Tori s'appelle une "prise" et consiste à saisir l'adversaire pour effectuer un contrôle puis une déstabilsation afin d'arriver à la maîtrise d'Uke ;

Enseignement tiré de Hachinosuke Fukuda de l’école Tenjin Shinyo Ryu (école du cœur du saule, née de la fusion de l’école Yoshin Ryu crée par un médecin japonais ayant étudier les art martiaux chinois et s’appuyant sur ses connaissance médicales et anatomique et de l’école Shin no Shindo Ryu crée par un policier d’Osaka reprenant la précédente en y ajoutant de nouvelles techniques) spécialisée dans les atemi waza (coup frappés), les osae waza (contrôles et immobilisations) et les shime waza (strangulation).

Lors d'un combat basé sur le jùdô, on constate bien souvent que trois ou quatre techniques seulement sont utilisées. Pourtant, chacun des protagonistes sait en appliquer plus d'une cinquantaine sur un partenaire lors de l'entraînement. Cela montre que l'essentiel n'est pas de connaître un maximum de prises mais bien de savoir effectuer un travail de préparation indispensable au placement (tsukuri) de la technique. Cette aspect essentiel ne signifie pas qu'il ne faut pas apprendre un maximum de technique mais seulement précise ce que l'on entend par apprendre. En effet, passer en revue superficiellement un maximum de technique est inefficace. En revanche, connaître en profondeur une petit nombre de technique en sachant effectuer un travail de préparation indispensable au placement (tsukuri) est certes plus efficace mais n'empêche pas de connaître un maximum de technique tout en restant dans cette optique.

Le respect et la confiance que l'on accorde à son adversaire lors d'un combat basé sur le jùdô sont absolus et primordiaux. Grâce à cela, et malgré la grande dangerosité des prises effectuées, le jùdô est l'un des sports où surviennent le moins de blessures et d'accidents; de nombreux pratiquants n'ont jamais connu la moindre blessure, que ce soit à l'entraînement ou en compétition, et ce même après plus de dix ans de pratique régulière. Au jùdô, les valeurs morales sont plus importantes que la technique elle-même.

Toutes les techniques de jùdô peuvent s'effectuer à droite ou à gauche.

Ces techniques ne sont autorisées qu'à partir de la catégorie Cadet(te).

Le Shime-Waza (techiques d'étranglement)
Le cou est composé de la nuque (à l'arrière) et de la gorge (à l'avant).
Les étranglements (en japonais : shime-waza, en anglais : choke-hold ou strangle-hold) est une technique de combat, et notamment de lutte moderne ayant pour objet d'exercer des pressions sur la gorge et non sur la nuque (neck-lock). Cela consiste à couper l'arrivé de sang au cerveau en compressant les artères (jomyaku) carotides (qui vient du grec ancien karôtídes, dérivé de karôtikós signifant « soporifique » c'est à dire qui cause l’évanouissement ou l’apoplexie) de adversaire et/ou lui couper l'arrivée d'air aux poumons en lui compressant la trachée. Ces techniques sont pratiquées dans de nombreux arts martiaux, sports de combat, de self défense et systèmes de combat militaires. L'étranglement peut se faire à main nue (Hadaka Jime) ou en utilisant les vêtements de l'adversaire (par exemple Okuri-eri-jime). L'étranglement peut aussi se faire en combinant une clé (par exemple Hara Katame), permetant un meilleur contrôle de l'adversaire. La manipulation du cou entraînant un arrêt de la respiration (kokyu) ou une perte de conscience progressive en fonction de la force appliquée donne le temps à l'adversaire d'abandonner. Si elle est maintenue trop longtemps ou faite trop violemment, elle peut entraîner respectivement la perte de connaissance puis le décès par asphyxie et/ou une rupture des cartilages du larynx provoquant une hémorragie.
Bien qu'en pratique, cela arrive rarement, un étranglement peut être appliqué en position debout. En jùdô, il est interdit d'effectuer une technique de Shime Waza en utilisant le bas de la veste, la ceinture ou tout autre objet ou seulement les doigts.
Les étranglements : peuvent être classé en fonction du type de pression exercée :
- Sanguin : couper l'arrivé de sang au cerveau en compressant les artères (jomyaku) carotides de adversaire
- Respiratoire : couper l'arrivée d'air aux poumons en compressant la trachée de l'adversaire

Okuri Eri Jime :
Étranglement en rapprochant les revers
Kata Ha Jime
Étranglement par une épaule
Hadaka Jime
Étranglement à bras nus
Sankaku Jime :
Étranglement en triangle
Kata Te Jime
Étranglement par une main
Koshi Jime
Étranglement avec la hanche
Ashi Gatame Jime :
Étranglement par la jambe
Do Jime :
Étranglement du corps (interdit en compétition)
Jigoku Jime
Étranglement infernal
Ryo Te Jime
Juji Jime :
Étranglement en croix
Ryo-te-jime
Maki-Komi-jime
Morote Jime :
Étranglement à deux mains

La strangulation ou l'étranglement est l'action de serrer l'avant du cou pour comprimer :
- les veines jugulaires (cyanose et œdème cérébral et perte de connaissance lente)
- les artères carotides (ischémie cérébrale et troubles de la conscience)
- et/ou la trachée (asphyxie par obstruction : - de la base de la langue
                                                                    - frature du lrynx
Elle peut causer l'évanouissement puis la mort par cyanose, œdème, ischémie et/ou asphyxie avec l'apparition d'hémorragie pétéchiale - taches rouges - au niveau du blanc de l'œil et/ou de l'intérieur des paupières : ceci est dû à la rupture des capillaires surpressurisés.

Traumatologie :
La compression du cou entraîne selon le niveau de pression exercé :
- la compression des veines jugulaires, empêchant le retour du sang depuis la tête vers le cœur, d'où un œdème et une cyanose visibles au niveau de la face et de la langue, et un œdème cérébral entraînant une perte de connaissance assez lente suivie d'un décès assez tardif.
- la compression des artères carotides : ces artères alimentant le cerveau en sang, celui-ci se retrouve privé d'oxygène, ce qui entraîne une ischémie cérébrale qui se traduit par des troubles de la conscience, puis la mort.
Un cas particulier est la compression sur ces artères de capteurs de pression (les « glomi ») qui entraîne un ralentissement extrême et immédiat du cœur jusqu'à la syncope et l'arrêt cardiaque. C'est ce phénomène qui entraîne les accidents liés au « jeu du foulard ».
- la compression des voies aériennes nécessite une très forte pression, et l'écrasement de la trachée est une éventualité rare, cette dernière étant protégée par des anneaux de cartilage. Plus fréquemment, c'est la base de la langue, repoussée par la pression externe, qui vient obstruer le carrefour des voies aériennes et digestives. S'ensuit une asphyxie du sujet.
- la fracture de l'os hyoïde situé au-dessus du larynx : c'est le seul cas où la rupture de celui-ci peut intervenir (en médecine légale c'est une preuve irréfutable de strangulation).

N.B. : Il existe 4 manières de sortir d'un Shime Waza + 2 dans le cadre d'une compétition :
- étirer la lèvre inférieure
- tirer dans le sens opposé à l'adversaire
- tourner la tête dans le sens de la traction de l'adversaire
- abaisser la tête pour placer le manton en protection
- enlever le bras en position sankaku jime
- décoller entièrement l'adversaire du sol en position debout

Les solution soulignées ne sont valable que dans le cadre d'une compétition

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tranglement_dans_les_arts_martiaux