Abitrage :
Pendant le combat

Un combat basé sur le jd dans une compétitions se joue à 5 : l'adversaire, les deux coachs, l'arbitre et vous même.

Le but : Maîtriser (déséquilibrer et contrôler) son adversaire en le faisant tomber sur le dos, en l'immobilisant au sol sur le dos ou en le faisant abandonner en exerçant une clé de bras ou un étranglement.

La surface de compétition : C'est le lieu où se déroule la compétition.

Les termes pour diriger le combat : Ils permettent à l'arbitre de diriger le combat.

Le tableau de marques

Les niveaux d'avantage : Il existe 2 niveaux d'avantage.

Le signal sonore de la fin de combat

Les niveaux de pénalité : Il n'existe que 2 niveaux de pénalité.

L'intervention des médecins : Elle est soumise à des règles strictes.

Pour ce qui concerne les combat de Jùjutsu :
- il est interdit de porter des coups sans les contrôler c'est à dire sans qu'il y est de retour
- il est interdit de venir saisir sans mettre d'atémi avant
- pour gagner le combat il faut :
        - soit marquer plus de point que l'adversaire durant le temps de combat (plusieurs ippon sont possible dans un même secteur.
        - soit marquer ippon :
                  - en atémi
                            +
                  - en projection
                            +
                  - en immobilisation, stragulation ou arthralgie

Histoire de l'arbitrage

Nouvelles règles 2013-2016

ARBITRAGE : Culture, Histoire, Principes
Le jujutsu est le terme générique qui regroupe toutes les méthodes de combats à mains nues que pratiquaient les guerriers du moyen-âge japonais.
Les farouches combats entre les diverses écoles de jujitsu contribuaient à la renommée de leurs Maître et Élèves ; c’était en général des duels entre les écoles qui opposaient le meilleur pratiquant de chacune d’entre elles. Jigorô Kanô à la fin du XIXe siècle développa une école de jujitsu, qu’il appellera « JUDO » et qui se différenciait des autres « Ryu » avant tout par son objet. Le Jd cultivait en effet l’efficacité maximale comme les autres écoles mais le but était tout autre :
« L’amélioration de l’Homme et de la société »
Le judo est une méthode d’éducation physique, intellectuelle et morale par la pratique d’un art martial. Le jd est le seul art martial issu du Jujitsu où la saisie de l’adversaire est obligatoire, c’est ce qui a fait sa richesse technique, sa finesse et son intelligence. L’affrontement en jujitsu ne permettait pas le combat réel
puisque le but était de tuer sans l’être soi-même. Jigorô Kanô créa une discipline où les affrontements devaient permettre de porter complètement les techniques, mais que l’on ne devait en aucun cas blesser l’adversaire. Le ippon n’était accordé que si l’on maîtrisait jusqu’au sol la chute de son partenaire ou ses techniques de soumission pour sa sécurité. En dehors des clés de coude où l’on doit laisser la possibilité à son adversaire d’abandonner, toutes les techniques sont exécutées dans le sens des articulations et jamais en hyper extension. Le contrôle de la direction de chute, l’impact « plein dos » et la vitesse d’exécution sont la définition de la réussite parfaite de la technique de projection. Le jd n’est pas une lutte où l’on accumule des avantages ou des points, que ce soit au sol ou debout, le jd est un duel codifié. Le seul but et le ippon, toutes les autres valeurs ne peuvent être comptabilisées que s’il y a la volonté de marquer Ippon.

Les combats et leur arbitrage ont bien évolué au fil des années
Des défis inter-écoles de jujutsu sans merci, on est passé, en un peu plus de 100 ans plus tard, à une discipline membre du Comité International Olympique. La compétition est aujourd’hui très règlementée et correspond pleinement à la « Charte Olympique », humaniste, éducative et sociale. Le jd n’en reste pas moins un art martial où le duel à 100% doit être la règle. Une accumulation de points ne donne pas la victoire, c’est la technique parfaite récompensée par le ippon qui met fin au combat. La seule exception est le «Waza-ari-awasete-ippon» qui, dans le cas où deux techniques qui auraient pu être évaluées Ippon sont exécutées, il est estime qu’elles pourraient correspondre à « la mise hors combat » de l’époque des guerriers du moyen-âge et sont comptabilisées en jd comme un « Ippon ». L’arbitrage doit philosophiquement prendre en compte l’aspect du duel entre les deux combattants, récompenser par la juste valeur ou la juste sanction les jùdôkas qui s’opposent. Ces récompenses sont :
- Ippon ou presque Ippon (Waza Ari) et Yuko (pour les intentions de faire Ippon et qui n’ont pas eu un succès complet)
Les sanctions sont :
- un avertissement ou disqualification, selon la gravité, pour ceux qui mettent en danger leur propre santé ou celle de leurs adversaires, ceux qui refusent le combat, qui empêchent le combat de se dérouler loyalement, qui sortent de l’ère de combat. Toute action contraire à l’esprit du jd doit également être sanctionnée.
Celui qui gagne est celui qui a fait « LA » meilleure technique ou, s’il n’y a pas de résultat technique, qui a démontré sa loyauté par une attitude offensive et fair-play.
Culturellement et en complément, le jd ne se réduit pas à son expression Olympique, le jd reste un art martial, le jd est plus qu’un sport, toutes les
techniques du Gokyo font partie du patrimoine du jd et doivent toujours être enseignées. Il en est de même pour les « kuatsu », techniques de réanimations et de mobilisations articulaires pratiquées il y une quarantaine d’années par les enseignants de judo et les arbitres et qui sont à ce jour interdites dans certains pays. Leur pratique est interdite mais leur connaissance fait partie du patrimoine jd et en aucun cas ne doit tomber dans l’oubli. Les arbitres sont les gardiens de l’expression physique, culturelle et philosophique du Jd.

Le jd pour bien s’apprécier doit se comprendre